Logo Conseil d'Architecture, d'Urbanisme et de l'Environnement


L’habitant

Puisqu’il s’intéresse aux espaces habités, aux quartiers pavillonnaires, aux lotissements et à la maison individuelle, le concours d’idée Mix’Cité place l’habitant au cœur de son dispositif. Il est l’acteur principal, celui qui sait ce dont il a envie ou besoin, celui qui peut décider de céder une partie de sa parcelle pour y accueillir une construction nouvelle.

Vivre mieux chez soi
Chacun veille, dans l’intimité de sa vie quotidienne à entretenir et à valoriser son habitat pour y garantir des conditions de vie toujours agréables et actuelles. Vivre mieux chez soi, y vivre plus confortablement, y vivre plus durablement, y vivre plus économiquement sont autant d’envies légitimes que l’on peut chercher à combler en suivant nos propres scénario de vie.
Le temps passant, la situation professionnelle ou familiale évoluant, des besoins nouveaux apparaissent qui nécessitent une adaptation du logement : performance thermique, accessibilité, extension… L’âge limitant la capacité d’emprunt des propriétaires, les travaux ne sont souvent pas réalisés. La question se pose à terme du déménagement et de l’obsolescence de l’habitat. Diviser sa parcelle pour en vendre un morceau peut constituer une solution du fait de la valeur du foncier.
Ce choix apparait également comme un moyen intéressant de transmettre une partie de son patrimoine aux jeunes générations pour faciliter leur installation dans un environnement choisi.

Vivre mieux entre soi
La constitution des quartiers d’habitat individuel est génératrice d’une vie sociale toujours singulière qui s’anime avec la durée. Les relations de voisinage se développent, s’enrichissent souvent, et des équilibres s’établissent. Puis l’évolution des parcours de vie de chacun induit progressivement de nouvelles attentes du groupe d’habitants à l’égard de son espace de vie alors même que la ville continue de se développer autour. Ainsi des quartiers qui satisfaisaient autrefois aux envies de tous nécessitent parfois aujourd’hui des évolutions sensibles pour offrir un cadre de vie en adéquation avec les envies nouvelles de leurs habitants.
A partir de la décision individuelle de vendre un terrain pour financer un projet, le dispositif Bimby, propose de réfléchir plus largement à la régénération du quartier. Pour les collectivités, c’est une possibilité de densification urbaine sans obligation de maîtrise foncière et pour les habitants c’est l’opportunité de s’impliquer directement dans le projet urbain d’amélioration de leur quartier pour y développer leur projet.

Enrichir le cadre de vie
La régénération des quartiers d’habitat individuel favorise l’apport d’une population nouvelle ainsi que l’introduction éventuelle de fonctions complémentaires de service ou de commerce. C’est également l’occasion d’améliorer la mise en relation avec les quartiers voisins, avec les cœurs de ville ou les nouveaux pôles d’attractivités pour une évolution plus qualitative du cadre de vie.
La ville qui s’intensifie ainsi gagne en dynamisme. Ses réseaux sont valorisés. Son espace est optimisé. Elle gagne à conforter ses équipements et son infrastructure pour un niveau de service accru à l’attention de ses habitants.

Préserver le foncier et le paysage
La situation frontalière de la Haute-Savoie, le dynamisme de son économie et la qualité de ses paysages sont autant des facteurs d’attraction qui se traduisent par une augmentation démographique constante de l’ordre de 9000 habitants par an. Le relief, les cours d’eau, la nécessité de préserver des espaces naturels de qualité et des espaces agricoles productifs contraignent pourtant notre capacité d’extension. Les terrains constructibles deviennent rares et chers et il convient de les économiser avec attention. La mobilisation de l’espace disponible au sein des secteurs déjà urbanisés offre une ressource foncière intéressante. Ce que cherche à démontrer le projet Mix’cité est qu’il est possible d’œuvrer dans le sens de la préservation de notre paysage tout en maintenant une capacité d’accès un habitat individuel qui prenne place au sein de quartiers déjà constitués. L’intérêt collectif et l’intérêt particulier peuvent ainsi se conjuguer à la faveur de la qualité de notre territoire.