Logo Conseil d'Architecture, d'Urbanisme et de l'Environnement


Expérimenter le BIMBY en Haute-Savoie

Le lotissement de maisons individuelles est un mode de développement urbain qui s’est considérablement répandu au cours des 3 dernières décennies. Souvent situé à proximité des centre-bourgs, il répond au désir d’indépendance et de verdure de ses habitants et offre le sentiment de ville à la campagne. Pourtant, les quartiers d’habitat pavillonnaire des années 70 et 80 montrent désormais leurs limites face aux enjeux contemporains de la maîtrise de l’espace foncier, de la réduction des besoins énergétiques de la rationalisation des transports et des réseaux. Par l’absence de dynamique démographique et l’immobilité de l’équilibre social qui ne prend plus en compte les besoins de chacun, ils tendent à l’obsolescence.

Parallèlement, les citoyens plébiscitent un urbanisme plus raisonnable, un espace mieux maîtrisé une nature retrouvée, une organisation territoriale plus rationnelle, tout en continuant de prétendre à la propriété individuelle, à la possibilité d’un chez-soi avec un jardin et une terrasse.

Le concours d’idées Mix’cité part de l’hypothèse mise en avant par le programme de recherche Bimby et par une étude réalisée en 2008 sur l’agglomération d’Annecy, publiée en 2010 par le PUCA que des propriétaires de maisons individuelles sont prêts à diviser leur parcelle pour construire une nouvelle maison. Le temps passant, la situation professionnelle ou familiale évoluant, des besoins nouveaux apparaissent qui nécessitent une adaptation du logement : performance thermique, accessibilité, extension… L’âge limitant la capacité d’emprunt des propriétaires, les travaux ne sont souvent pas réalisés. A terme se pose la question du déménagement et de l’obsolescence de l’habitat.

Diviser la parcelle pour en vendre un morceau peut constituer une solution du fait de la valeur du foncier. A partir de la décision individuelle de vendre un terrain pour financer un projet, Bimby propose de réfléchir à la régénération du quartier. Car c’est, pour les collectivités, une possibilité de densification urbaine sans obligation de maîtrise foncière et surtout la réintroduction d’un quartier dans un projet urbain par l’implication des habitants.

Le concours d’idées Mix’Cité est proposé comme un processus d’expérimentation et d’évaluation du potentiel existant pour la régénération des quartiers d’habitat individuels sur le territoire Haut-Savoyard en se fondant sur deux principes :

  • il est envisageable de prévoir une amélioration qualitative des quartiers d’habitat,
  • les tènements peuvent être divisés dans le but de recevoir des constructions nouvelles.

Ce concours mobilise 3 communes en Haute-Savoie illustrant des situations urbaines, topographiques, économiques et paysagères variées. Chamonix, Vétraz-Monthoux et Sciez connaissent toutes une pression foncière significative mais chacune est installée sur un territoire aux caractéristiques singulières : la montagne, l’agglomération genevoise, le Léman.

Les professionnels et les étudiants des champs de l’urbanisme, de l’architecture et de la construction sont mis à contribution pour apporter des idées innovantes qui puissent favoriser la revalorisation des tissus résidentiels de ces territoires. Ces idées, mises à la disposition des habitants et des collectivités, auront pour intérêt de nourrir la réflexion institutionnelle pour proposer la mise en œuvre de dispositions propices à un renouvellement qualitatif des lotissements existants.

Cette expérience n’est pas prévue pour être suivie de réalisations opérationnelles. Elle pourra cependant contribuer à alimenter la pensée des aménageurs locaux qui pourront envisager de nouvelles manières de concevoir les quartiers d’habitat de demain.

Mix’Cité aborde deux échelles d’étude complémentaires.

L’étude d’ensemble
La réflexion porte tout d’abord à l’échelle du quartier et s’intéresse à son organisation ainsi qu’à sa mise en relation avec son environnement urbain et paysager proche et lointain. Il s’agit d’interroger la cohérence et l’équilibre de ce qui existe et d’en évaluer les besoins et les possibilités d’évolution pour une dynamique de vie renouvelée. La concertation des habitants du lieu conjuguée au recueil des attendus de la collectivité fonde pour chaque site d’étude un programme de réflexion spécifique. L’objet est de tester un mode de développement souple mais maîtrisé qui soit propice à la pérennisation d’une offre d’habitat individuel dans des secteurs fortement soumis à la pression foncière.

L’approche individuelle
L’expérience est ensuite détaillée au niveau d’un tènement sur chacun des sites. Les concepteurs sont confrontés à une mise en situation concrète en réponse à un scénario de vie proposé par l’un des habitants du quartier. Il s’agit de d’évaluer l’intérêt technique et la pertinence économique du détachement d’une partie de la parcelle au service d’une amélioration notable de la qualité thermique ou d’accessibilité des habitations existantes, tout en en offrant la possibilité d’installer des constructions nouvelles.

Cette double approche cherche ainsi à évaluer les conditions de réussite du dispositif en tenant compte de la variété des contextes.
A l’issue du concours, un bilan de synthèse sera opéré dans le but d’imaginer la mise en œuvre d’une procédure reconductible qui puisse favoriser le développement d’opérations de ce type sur le territoire en partenariat avec les collectivités et à l’attention des propriétaires privés.